Marieke Vervoort : la dernière victoire de sa vie…



A 37 ans, l’athlète handisport Marieke Vervoort participera à la dernière compétition de sa vie, aux J.O de Rio. Une dernière médaille avant de tirer sa révérence pour toujours…

Chez The Rider Post, on ne parle certes de sports extrêmes, mais aussi et surtout de défis fous, d’athlètes repoussant constamment les limites de leur discipline, qui mettent à l’épreuve leur mental et leur capacité physique, pour l’amour du sport. Alors on a pensé que cette histoire avait une place légitime dans nos pages. Pour vous, pour nous, pour le sport.

Marieke Varvoot
Marieke avec son fidèle compagnon, Zenn.

Marieke Vervoort à 37 ans et est atteinte d’une maladie orpheline et incurable, qui paralyse ses jambes et la plonge dans un état douloureux constant. Sprinteuse à fauteuil en catégorie paralympiques, elle a remporté plusieurs médailles, notamment l’or aux JO de Londres en 2012, et trois titres mondiaux.
La souffrance, elle la combat au quotidien grâce au sport, cette passion qui la maintient en vie : « Parfois quand je souffre trop, je prie et je me dis que j’aimerais en finir avec la vie. Mais quand je m’assoie dans mon fauteuil de compétition, tout disparait. J’expulse toutes ces idées noires, je boxe la peur, la tristesse, la souffrance, la frustration, et je peux me consacrer à l’entrainement. C’est comme ça que je remporte les médailles d’or« .

Generated by IJG JPEG Library
L’or sur le 400m au Championnat du monde d’Athlétisme à Doha

Entre ses nombreux séjours à l’hôpital, elle continue de s’entrainer inlassablement, malgré son quotidien extrêmement compliqué : « Je peux souffrir énormément, dormir parfois seulement 10 minutes par nuit et tout de même aller chercher l’or ». Une détermination saisissante pour un petit bout de femme qui a toujours cherché à prouver qu’handicap pouvait rimer avec sport.

Marieke
Marieke participant au Ice Bucket Challenge

Se surpasser, toujours, constamment, pour aller décrocher ce titre ultime, comme une revanche sur la vie à laquelle elle pourrait alors dire au revoir, sans rancune :

« Je commence à penser à l’euthanasie. Malgré ma maladie, j’ai pu vivre des choses dont les autres ne peuvent que rêver. Rio est mon dernier souhait. Je m’entraîne très dur même si je dois lutter jour et nuit contre ma maladie. J’espère finir ma carrière sur un podium à Rio ».

Marieke Vervoot et son chein

Une battante dans l’âme, Marieke s’est aussi sauvagement accroché à sa carrière d’athlète de haut niveau lorsqu’en 2013, les médecins lui avait annoncé qu’elle ne pourrait plus continuer sa carrière sportive. Marieke ne s’est pas laissé faire et est revenu de très loin. C’est à Rio qu’elle tirera sa révérence.
En effet, l’euthanasie est légale en Belgique, sous accords écrits de trois médecins, que Marieke a déjà obtenu. Même si Rio n’est pas encore gagné, Marieke est déjà une championne, celle de sa propre existence. Un quotidien d’obstacles et d’embuches qu’elle a surpassé en aimant profondément la vie, comme elle le répète souvent : « chaque jour est un cadeau« .

 

On la retrouvera donc le 7 septembre aux Jeux Paralympiques de Rio, en route vers l’or, pour peut être, sa compétition ultime. Un rendez-vous à ne pas manquer…