Alerte santé : l’encre des tatouages migrerait vers les ganglions !



Vous avez pu voir cette news faire l’actu des journaux télévisés hier et comme la plupart des riders sont tatoués, c’est une info qu’on ne peut pas prendre à la légère.

Le tatouage fait indubitablement parti de la culture du ride et nous sommes donc directement concernés pas cette nouvelle affaire, mais doit-on vraiment s’inquiéter ?

Les chercheurs du synchrotron européen de Grenoble ont publié une étude (à voir ici) qui prétend que certaines substances présentes dans les encres de tatouage auraient été retrouvées dans le sang mais aussi dans les ganglions ainsi que dans les cellules immunitaires des personnes tatouées. Ce document affirme que le dioxyde de titane (un composant couramment utilisé dans les encres de tatouage) se disperserait dans le derme, ce qui est normal mais ces pigments voyageraient aussi dans l’organisme par la lymphe pour aller se loger dans les ganglions lymphatiques et pourraient causer des maladies toxiques. Les effets secondaires seraient un gonflement chronique des ganglions et des démangeaisons parfois constatées après un tatouage (même si cet effet indésirable est bien connu des tatoués et a lieu pendant quasiment toutes les cicatrisations).
Il se pourrait donc que ces nanoparticules migreraient vers les ganglions et y resteraient à vie, un peu comme le tatouage sur la peau d’ailleurs.

On savait déjà que l’encre « vivait » et évoluait  en même temps que nous car la peau vieillit et l’encre subit aussi quelques changements au cours du temps. Parfois les traits grossissent et s’étalent un peu et il arrive aussi que le tatouage s’estompe mais les cas d’infections sont assez rares.

« Ce n’est pas l’épiderme mais le derme qui est tatoué. Il est irrigué en vaisseaux sanguins et lymphatiques et lors de la cicatrisation d’un tatouage et tout au long de la vie, une partie de l’encre est phagocytée par les macrophages du système immunitaire, et éliminée par la lymphe. C’est pour ça qu’on retrouve de l’encre dans les ganglions. » affirme le Dr Nicolas Kluger (dermatologue et spécialiste du tatouage.

Ces chercheurs de l’ESRF parlent principalement du pigment blanc qui couramment utilisé dans les encres de tatouages.  Ce pigment sert de base pour certaines nuances de couleurs. Mais cette affaire n’est pas nouvelle car il y a quatre ans, un projet de loi voulait déjà interdire les encres de couleur pour les mêmes raisons (voir news).

À noter que ce fameux dioxyde de titane est également utilisé dans les additifs alimentaires, certaines peintures et crèmes solaires. Le tatouage est un fantasme pour certains et la moindre polémique est utilisée pour remettre en question cette pratique parfaitement inoffensive et vieille comme le monde. 14% des français seraient tatoués donc il y a de quoi s’inquiéter si ça devenait dangereux pour la santé.
Mais rassurez-vous, il n’y a pas le moindre risque à se faire tatouer et ne croyez pas toutes ces imbécilités qu’on peut voir dans la presse à scandale.